Breeks

le premier magazine geek à construire et partager en famille

Il y a quelques temps, un journal rappelait que notre société acceptait plus facilement les enfants qui refusaient de grandir que les adultes qui souhaitent rester des enfants.Cette constatation n’engage que son auteur et ne peut rien contre un fait largement validé aujourd’hui : Les GEEKS d’hier sont devenus les parents d’aujourd’hui.Les parents dont je parle et fais partie sont nés quelque part dans les années 70. Cette génération a grandit en même tant que s’affirmait la société du spectacle si chère à Mr Debord, elle a vu la décennie 80 faire naître l’industrie du jeu vidéo et exploser celle du jouet.Loin d’un simple mouvement de consumérisme sans lendemain, les univers de fiction ont nourri notre enfance et ont contribué d’une manière importante à construire notre identité d’adulte. Plus qu’une vague nostalgie régressive, c’est une furieuse envie de transmettre certaines valeurs à ses enfants. Il s’agit aussi et surtout de mieux comprendre les univers que nos progénitures vont faire émerger à leur tour pour grandir et construire leur propre identité.

De nombreuses passerelles entre nous et nos enfants restent à trouver pour y parvenir.

-Dois-je lui montrer mon Star Wars IV ou bien commencer par Clone WARS ?

-Doit-il être mis au courant que Spiderman n’est pas seulement un héros d’animation sans que je passe pour un vieux ringard ?

-Comment faire découvrir le jeu de rôle à mes enfants alors qu’ils sont nés avec une tablette dans les mains ?

-Quelles sont les nouvelles licences à découvrir et comprendre pour mieux l’accompagner dans le développement de son imaginaire ?

-Comment gérer l’équilibre d’une famille un peu trop Geek en respectant tout le monde ? Le rapport à l’école, les rôles et responsabilités de chacun, la gestion des corvées…

En résumé, comment mieux comprendre les univers de fiction de mes enfants si je ne leur donne pas quelques clés pour mieux comprendre les miens.

Autant de questions et de réponses qui en amènent beaucoup d’autres.

Notre projet consiste à produire un magazine familial « Geek » qui répondra à ces nouveaux besoins, un média d’information et de partage qui cible la « Geek Family », ces Geeks d’hier devenus parents.

Nous l’avons appelé : BREEKS

A ce niveau de la présentation, quelques précisions sur les multiples références au terme Geek avec une définition toute simple qui n’engage que nous.

Nous sommes Geeks et nous l’assumons mais nous avons parfois du mal à nous reconnaitre dans les définitions qui sont proposées. Il s’agit pour nous “d’un marqueur culturel qui indique qu’à un moment de notre vie des univers de fictions quel que soit le support ou le genre nous ont traversé et influencé pour construire notre identité et font partie intégrante de nous une fois adulte”. Rien de plus, rien de moins.

Véritable outil d’échanges multi-générationnel, Breeks propose à ses lecteurs un espace de partage et d’expression autour de valeurs et de problématiques rencontrées par les « Geek’s parents », une communauté émergente qui cherche encore sa place dans la société d’aujourd’hui.

Dans cet espace à part, le lecteur pourra retrouver ses marques et ses passions, traitées comme des références culturelles vivantes et agissantes.

Breeks offre donc à ses lecteurs un autre regard sur le monde, à la fois drôle et émouvant, rempli de couleurs, de jeux et de bonne humeur, un monde totalement reconstruit avec des briques en plastique.

Au départ notre idée première est de concevoir un magazine objet dans l’esprit des Mooks d’aujourd’hui. Vous savez ces magazines épais à la conception soignée que l’on préfère garder plutôt que de les jeter une fois qu’ils sont lus.

Un magazine qui prenne le temps d’intégrer les rythmes familiaux, de s’échanger, d’être emprunté. Pour le moment nous n’en sommes pas encore là. Mais vous connaissez l’objectif.

Bien sûr il faut beaucoup d’envie et des moyens pour parvenir à produire un magazine papier de qualité et ce plusieurs fois par an. Le projet éditorial d’un tel magazine nous permettrait en fait de tenir une sortie selon un rythme bi-bimestriel soit 6 numéros par an, un rythme idéal pour coller à l’esprit du magazine. Avant d’en arriver là, il va falloir vous montrer que le projet colle à vos attentes et donne envie de nous faire confiance pour vous emmener très loin.

Nous avons décidé pour cette campagne de vous proposer un système de paliers qui permettra une graduation de format et de contenus que vous obtiendrez selon la somme qui sera collectée. Plus notre collecte sera importante plus nous aurons les moyens d’atteindre notre objectif de départ afin de donner à ce magazine le contenu et la forme d’un Mook qui nous semble propice à ce projet.

C’est vous qui allez décider de que sera le magazine, nous avons prévu 4 paliers !

Palier 1 – Si nous atteignons 15000 euros nous ferons un magazine de 72 pages, broché. Papier recyclé 80 g.

Nous aurons assez pour produire une année complète du magazine soit 6 numéros. Les 3 premiers numéros en version papier/numérique et les 3 numéros suivants en version numérique.

Palier 2 – Si nous atteignons 30000 euros nous produirons 88 pages au lieu de 72 des le premier numéro soit 16 pages de plus.

Couverture quadri + 5 ème couleur pantone et pelliculage mat. Dos carré. Couverture exclusive du n°1 pour les souscripteurs.

Palier 3 – Si nous atteignons 40000 euros la pagination passe à 104 pages des le premier numéro soit 22 pages de plus.

Couverture exclusive du n°1 pour les souscripteurs. Papier recyclé 100 g blanc. Dos carré. Couverture quadri + 5 ème couleur pantone avec pelliculage mat. Poster encarté.

Palier 4 – Si nous atteignons 50000 euros la pagination passe à 144 pages = 6 numéros, 1 an en version PAPIER assuré.

Nous pourrons ainsi produire une année de magazine en version papier soit 6 numéros garantis.

Couverture exclusive pour les souscripteurs sur les 6 numéros. Papier recyclé 100 g blanc. Dos carré. Couverture avec rabats, quadri + 5 ème couleur pantone avec pelliculage mat. Poster encarté. Vernis sélectif.

Voici les contreparties que nous vous proposons pour financer notre projet.

A quoi va servir le financement ?

Il y a d’abord la création du contenu original garant de notre ligne éditoriale. Nous avons pour objectif de ne publier que de l’inédit. Mais rentrons dans le vif du sujet, à quoi ressemblera ce magazine ?Vous pouvez vous faire un avis dés à présent avec les planches du numéro 0 que nous présentons sur cette page. Il s’agit d’extraits du numéro 0 de Breeks qui vous sera envoyé sous forme d’un pdf immédiatement après avoir validé votre participation à notre projet.

Vous pouvez également lire sur ISSUU l’intégralité du numéro 0 en cliquant sur ce lien

http://issuu.com/nicolasforsans/docs/breeks06_ppp/0

Parmi les contenus qui viendront enrichir le magazine, nous aimerions proposer des illustrations inédites, des posters, des guides de construction en briques lego réalisés par des Mocers, publier des photos exclusives imprimées sur le meilleur papier qui soit, des strips de bande dessinée, des analyses de fond pour prendre le temps, des nouvelles de romanciers, une iconographie riche etc… Nous vous annoncerons les noms des participants au fur et à mesure de la campagne.

L’argent collecté servira également à payer les personnes de notre équipe qui produisent le contenu puis à payer les frais de fabrication/impression.

Notre petite équipe compte plusieurs pigistes qui ont rédigé les articles présentés sur cette page, ce qui a permis de monter le numéro 0. Nous avons également sollicité un directeur artistique pour créer le logo et la maquette du numéro 0 : François Houssin à qui l’on doit la redoutable couverture du livre Des comics et des artistes.

Les autres coûts concernent les frais de port et le coût de la plateforme de financement.

Nous souhaitons sortir le premier numéro de Breeks en novembre 2014 à l’occasion du prochain salon du livre de la jeunesse de Montreuil.

Pourquoi ce format ?

Nous souhaitons pour la version papier avoir un format dit à l’italienne, c’est à dire plus large que haut. Un format parfaitement déclinable en version numérique sur les tablettes et qui nous rappelle les guide de construction d’une marque de jouets qui a bercé notre enfance.

Si la campagne est une réussite nous envisageons d’imprimer plus d’exemplaires que le nombre de commandes sur Ulule.

Que ferons nous des exemplaires qui seront fabriqués en plus ?

Nous les proposerons à la vente dans des endroits tel que le Dernier bar avant la fin du Monde ou bien dans des librairies et des magasins de jouets. Dans les lieux que le public visé est susceptible de fréquenter. A terme nous pourrons peut être envisager une diffusion dans le réseau presse si la demande suit.

Si vous souhaitez devenir diffuseur de notre magazine contactez nous à cette adresse : contact@muttpop.fr

A propos du porteur de projet

Nicolas Forsans gère la plateforme de production Muttpop, habite Paris et s’est déjà fait remarqué en éditant des Bandes Dessinées ou encore en produisant des artoys comme Tequila, King Katch ou les Tchô.

Du haut de ses 37 ans, il affiche clairement la Bande Dessinée comme le fer de lance de ses passions Geeks.

Nicolas est aussi un AFOL assumé, encore plus depuis que son fils de 5 ans et demi est en âge de construire avec lui les boites Lego contenant des super héros.

Après vous avoir fait partager les livres Culture LEGO en 2012, des Comics et des Artistes et Legoramart en 2013, puis De brique en brique en 2014, Nicolas vous propose d’être associés à une nouvelle aventure éditoriale : la naissance d’une revue.

Olivier Oltramare, Geek devant l’éternel et ancien psy pour enfant (spécialisé dans les théories du jeu et les univers fictionnels), reconverti en professionnel du jeu (tous supports : vidéo, cartes, plateau et surtout jeux de rôles), puis en concepteur et rédacteur en chef de magazines pour enfants (Manga Kids, Martin Mystère l’officiel, Kdo Kids, Maniak!, Dragon Blanc et Chasseurs de Monstres).

Olivier est aussi, et surtout, un des premiers “Geek Daddy”, le papa à la sauce Geek. En effet, entouré par trois magnifiques enfants (18, 15 et 5 ans), tous aussi Geeks que lui, il s’est investi dans le projet Breeks pour partager son expérience de la paternité.

Souhaitez-vous aider Nicolas et Olivier à réaliser ce projet ?

IMPORTANT :

Faire appel à un financement participatif est aussi l’occasion de se et vous faire plaisir en proposant différents bonus impossible à envisager en dehors de ces nouveaux espaces de soutien.

Bien sûr, si le projet n’arrive pas réunir la somme demandée pour le premier pallier  vous serez intégralement remboursés par la plateforme. C’est du tout ou rien.

Qui est muttpop, la société qui éditera ce projet avec Nicolas et Olivier ?

Muttpop est une maison d’édition et de production dédiée à la culture populaire sous toutes ces formes.  Vous aviez envie d’apprendre des choses et de vous divertir, ça tombe bien puisque dans culture Pop il y a le mot culture.

Si vous souhaitez en savoir plus, rendez-vous sur le site www.muttpop.fr

Crédits photos pour la couverture de Breeks n°0, visuel la page 1 et visuel d’introduction : Kristina Alexanderson. Avec son aimable autorisation.

 


Vidéos

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.